Alex-Mot-à-Mots

https://alexmotamots.fr/

Alex L., lectrice compulsive, presque anonyme.
Ayant une préférence pour les bons polars, mais aimant aussi les autres genres (sauf la SF, pitié....)

24 juin 2010

Berlin, mai 1929. La ville est en pleine ébullition et la police a du mal à être sur tous les fronts à la fois - combats de rue entre forces de l'ordre et communistes, criminalité grandissante et night-clubs clandestins.

Et puis il y a ce cadavre repêché au fond du canal et dont personne ne semble connaître l'identité. Sauf Gereon Rath, qui l'a croisé quelques jours avant sa mort.

Ce jeune commissaire originaire de Cologne qui travaille pour la brigade des moeurs brûle de résoudre seul cette affaire dans l'espoir d'être intégré à la Criminelle. Car cette enquête risque de rejoindre les dossiers des affaires classées non élucidées appelées "les poissons mouillés".

Sans oublié que Gereon Rath se prend d'amour pour la jeune secrétaire Charly, brillante étudiante en droit et sténo à ses heures dans la criminelle.

Mon avis :

une plongée dans l'Allemagne des premières années 1930 où tout n'est ni tout blanc, ni tout noir, mais la crise n'a pas encore frappée.

Un jeune policier trèèès ambitieux, ce qui gâche un peu l'enquête. D'autant qu'elle est elle-même très embrouillée.

Quelques longueurs également.

L'image que je retiendrai :

un personnage principal qui fume énormément et boit beaucoup de café.

Le Livre de poche

24 juin 2010

A la sortie d'un night-club, une jeune fille est victime d'une agression sauvage. Mako, policier de la BAC, taciturne et endurci, obsédé par l'idée d'en punir lui-même l'auteur, s'investit dans l'enquête au-delà de la raison.

Il déclenche une traque qu'il l'emmènera loin, sur les traces d'un gang de traficants de drogue.

Mon avis :

voilà uen enquête menée tambour-battant dans une ville de la banlieue parisienne dont le nom n'est jamais écrit. Ce récit peut ainsi se passer partout en France.

Une révélation finale destabilisante à propos de Mako.

L'auteur est lui-même officier de police, ce qui nous permet de plonger dans le vocabulaire de la BAC.

L'image que je retiendrai :

celle de Mako sur sa grosse cylindrée à la poursuite des méchants.

24 juin 2010

Le jour où lui parvient cette mystérieuse lettre de menace, l'existence jusqu'alors si prévisible du docteur Starks bascule dans le chaos. Ce psychanalyste à succès se trouve subitement entraîné dans un jeu morbide conçu par l'homme qui se fait appeler Rumplestiltskin, comme le mauvais génie du conte des frères Grimm.

Les règles en sont simples Starks dispose de deux semaines pour identifier Rumplestiltskin et les raisons dé sa colère. S'il y parvient, aucun mal ne lui sera fait. S'il échoue, l'inconnu tuera l'un après l'autre les proches du bon docteur - parents, amis, enfants - jusqu'à ce qu'il accepte de se donner la mort...

Mon avis :

Voici un polar mené tambour battant, mais où le bon docteur, même s'il est un peu dépassé au début, sera capable de reprendre le dessus sur la situation d'une façon inattendue.

Cependant, heureusement qu'il n'avait pas de famille trop proche, ce qui aurait donné un tout autre roman où chaque personnage est du coup un peu dématérialisé.

L'image que je retiendrai :

celle du docteur faisant sauté sa maison et se préparant à se suicider.

24 juin 2010

Moon a choisi la rue parce qu'elle a décidé d'être "elle-même dans ce monde où les gens sont devenus des autres". Elle ne fait pas la manche, elle vend des sourires, et observe avec malice le manège des gens pressés.

Autour d'elle, il y a Michou et Suzie avec leur Caddie, Boule, son crâne rasé et sa boule de billard à dégainer en cas de baston, les kepons migrateurs avec leurs crêtes de toutes les couleurs, et surtout, il y a Fidji et ses projets sur Paname. Pour lui, elle a décidé d'écrire un roman, un vrai. Et il y a Slam qui sort de prison, Slam qui aime les mots de Moon et a une certitude : un jour, elle décrochera la lune.

Mais Fidji se détache peu à peu de Moon, et la jeune fille décide de faire lire ses mots à Slam. Celui-ci est sous le charme.

Mon avis :

toujours la beauté des mots de Maud pour raconter Moon qui, au début, a peu de mots, ne sait pas comment écrire, et puis qui se laisse guider par son imagination et ses personnages.

Ce sont eux qui vont la sortir de sa "liberté" et lui faire découvrir l'amitié.

L'image que je retiendrai :

celle de la vie dans la rue, seule avec son chien.

24 juin 2010

Un ancien professeur de français en lycée professionnel, et en retraite, raconte de petites anecdotes sur ses élèves.

Mon avis :

j'ai regretté que ces petits séquences de vie lycéenne ne soient pas suivis d'une réflexion, mais se terminent seulement par : un tel a eu son bac, une telle est maintenant secrétaire, etc.

En tout cas, un titre accrocheur qui va faire monter mes audiences....