Oeuvres / Pétrarque, Tome premier, Livres I-V, L'Afrique / Affrica, L'Afrique / Affrica
EAN13
9782251344867
ISBN
978-2-251-34486-7
Éditeur
Les Belles Lettres
Date de publication
Collection
Classiques de l'humanisme
Séries
Oeuvres / Pétrarque (1)
Nombre de pages
440
Dimensions
22,5 x 14,5 x 2,5 cm
Poids
602 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Code dewey
871.04
Fiches UNIMARC
S'identifier

Tome premier, Livres I-V - L'Afrique / Affrica

L'Afrique / Affrica

De

Édité par

Les Belles Lettres

Classiques de l'humanisme

Offres

Autres livres dans la même série

Faisant suite à la publication des huit premiers volumes de la Correspondance de Pétrarque, l'Africa est l'épopée (inachevée comme l'Enéide), en hexamètres latins et en neuf chants, qui valut au jeune Pétrarque de recevoir le laurier poétique sur le Capitole en 1341.

De ce grand poème d'amour et de gloire, comme seront plus tard le Roland Furieux et la Jérusalem délivrée, la trame est historique, l'action prise au moment de l'affrontement décisif sur sol africain entre Rome et Carthage, représentées par deux géants, Scipion et Hannibal. Le héros principal, un jeune puritain, modèle de vaillance, de clémence, de chasteté, sorte de Perceval ou Galaad romain, passionné de vertu, incarne l'idéal humain qui nourrira longtemps le rêve humaniste.

Et pourtant ce poème destiné à exalter la figure du chef charismatique s'ouvre sur une radicale dénonciation de la gloire terrestre: au terme d'une journée victorieuse, le jeune chef s'endort, l'ombre de son père lui apparaît et l'entraîne sur les hauteurs de la Voie lactée d'où il contemple la petitesse dérisoire du théâtre des actions humaines et la vanité de ce que nous appelons la vie et qui n'est que la mort de l'âme dans la prison du corps. La fresque historique s'ouvre sur ce porche philosophique grandiose.

Autre enrichissement: dans la source livienne, Pétrarque a relevé un épisode merveilleusement accordé à son génie: c'est le récit des amours malheureuses du roi numide, Massinissa, allié de Rome, et de Sophonisbe, la fille d'Hasdrubal. Ce récit, équivalent de l'épisode de Didon et Enée dans l'Enéide, illumine tout le livre V, centre poétique du poème. Pétrarque y déploie et tout son art et sa profonde connaissance des délices et des tourments de l'âme amoureuse.Ainsi commence le poème, nourri de ces tensions, soutenu par une vers d'une rare musicalité, dont la traduction versifiée de Pierre Laurens a tenté de donner une idée. Le texte donné ici s'appuie pour la première fois sur le manuscrit témoin du dernier état de l'œuvre et enrichi dans les marges des ultimes corrections du poète ainsi que des suggestions de son disciple Coluccio Salutati.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...