Mauvais traitements. Pourquoi les femmes sont mal soignées
EAN13
9782021433463
ISBN
978-2-02-143346-3
Éditeur
Seuil
Date de publication
Collection
Documents (H. C.)
Nombre de pages
304
Dimensions
20 x 14 x 2 cm
Poids
305 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Mauvais traitements. Pourquoi les femmes sont mal soignées

De ,

Seuil

Documents (H. C.)

Offres

Dépakine, Mediator, Distilbène, Agréal, Essure, Levothyrox… Les médicaments à destination des femmes constituent l'essentiel des scandales pharmaceutiques des soixante dernières années. Pour tout le monde, le Mediator résonne comme le scandale pharmaceutique de cette décennie. Mais qui sait que, derrière les milliers de victimes de cet antidiabétique utilisé comme un coupe-faim, se cache une très grande majorité de femmes ? Dernièrement, l'Androcur, prescrit contre l'hirsutisme (surpilosité), a défrayé la chronique en favorisant chez celles qui y avaient recours le développement de tumeurs au cerveau. Plus récemment encore, le Levothyrox, prescrit à 85 % à la gent féminine, s'est ajouté à cette litanie. En France, le phénomène, invisible, reste hors des radars des autorités sanitaires. Ailleurs dans le monde, on s'interroge davantage. « Entre 1997 et 2001, 80 % des médicaments retirés du marché posaient plus de problèmes aux femmes qu'aux hommes », notait dans un rapport la Cour des comptes américaine. D'autres pays cherchent à connaître les raisons de la forte présence des femmes parmi les victimes des effets secondaires. Il est grand temps de lancer l'alerte : de la fabrication du médicament à son utilisation, des laboratoires aux institutions en passant par les prescripteurs, quand le patient est une patiente, c'est tout un système qui déraille. Journalistes indépendantes, Delphine Bauer et Ariane Puccini sont membres du collectif Youpress, spécialisées sur les questions de droits des femmes et de la santé. Elles ont publié Impunité zéro, livre-enquête sur les violences sexuelles en temps de guerre (éditions Autrement), sorti en octobre 2017.
S'identifier pour envoyer des commentaires.