Champs de Castille / Poésies de la guerre / Solitudes, Galeries et autres poèmes
EAN13
9782070321919
ISBN
978-2-07-032191-9
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Poésie/Gallimard (1)
Nombre de pages
312
Dimensions
18 x 11 x 1,5 cm
Poids
128 g
Langue
français
Langue d'origine
castillan, espagnol
Code dewey
861.62
Fiches UNIMARC
S'identifier

Champs de Castille / Poésies de la guerre / Solitudes, Galeries et autres poèmes

De

Traduit par ,

Préface de

Gallimard

Poésie/Gallimard

Offres

«Il est des voix que la distance avive, arrache, dirait-on, aux mille échos momentanés du jour, pour nous les rendre plus poignantes, austères et comme énigmatiques dans le silence neuf où elles surgissent. L'œuvre poétique d'Antonio Machado, accessible enfin au lecteur de langue française, participe de ce destin tout à la fois superbe et redoutable. Longtemps connue ici par bribes, et presque par raccroc, en relation avec la geste tragique de cette Espagne qui l'a vu naître, voici qu'elle s'offre à nous déliée, mais aussi, démunie de son contexte, dans la différence et l'écart d'une pensée, d'un idiome, d'un système de signes à bien des égards étrangers à son entreprise. Toute traduction de poésie, nous le savons, n'est au mieux que translation hasardeuse, équivalence hypothétique entre un monde à jamais clos sur son questionnement et les figures, trop affirmées toujours, dont il s'illustre ailleurs. La parole de Machado, tenacement inscrite en une terre, obscurément nourrie de ses passions et de ses dieux, pouvait-elle aborder sans peine à d'autres rives ? Je crois que le premier mérite de la version qui nous requiert aujourd'hui est d'avoir tenté, sans théâtre ni distorsions maniéristes, de maintenir une approche littérale, au plus près du souffle et du cheminement originels. La gravité, le dépouillement des meilleurs poèmes de Machado ne demandent pas tant à être reconstitués que reconnus. C'est dire que la fidélité à la lettre, périlleuse parfois, témoigne ici d'une adhésion très profonde à la poétique qui a guidé le poète, à ce désir, tant de fois prononcé par lui, d'une lecture naïve et nue.» Claude Esteban.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Madame Sylvie Léger
Plus d'informations sur Claude Esteban