« Reconfiné.e.s, mais avec des livres !

Pendant la période de reconfinement, vous pouvez toujours passer vos commandes sur notre site internet (privilégier les articles en stock, indiqués par la pastille verte). Pour les récupérer, trois options :

  • Un retrait des ouvrages en librairie en click & collect (du mardi au samedi de 14h à 18h)
  • Une livraison à domicile si vous résidez dans le secteur lillois (voir conditions)
  • Un envoi Colissimo par La Poste (délais non garantis) »

La maison de Bernarda Alba / Noces de sang
EAN13
9782070339068
ISBN
978-2-07-033906-8
Éditeur
Folio
Date de publication
Collection
Folio
Nombre de pages
272
Dimensions
18 x 11 x 1 cm
Poids
169 g
Langue
français
Langue d'origine
castillan, espagnol
Code dewey
842
Fiches UNIMARC
S'identifier

La maison de Bernarda Alba / Noces de sang

De

Préface de

Folio

Folio

Offres

Noces de sang Lorca s'inspire d'un fait divers relaté en juillet 1928. Mais c'est seulement en 1931 qu'il commencera à composer sa pièce. Il la termine au cours de l'été 1932. Créée le 8 mars 1933 à Madrid où elle remporte un grand succès, acclamée pendant des mois à Buenos Aires, elle a fait le tour du monde et malheureusement son triomphe a obscurci tout le reste de l'œuvre de Lorca, en associant durablement pour la majorité son image à celle d'un auteur exclusivement andalou, folklorique. Non qu'elle manque de beauté : noble architecture, scènes admirables, mais elle trahit une excessive volonté de flatter le goût du public par sa frénésie déclamatoire et son lyrisme facile. La maison de Bernarda AlbaParti d'un souvenir d'enfance qui l'avait beaucoup impressionné, Lorca s'était proposé de composer un simple «documentaire photographique» sans «une goutte de poésie». Mais son génie en a décidé autrement. Il a fait de La maison de Bernarda Alba, comme l'affirme son frère don Francisco, peut-être la plus poétique de toutes ses pièces. En déplaçant l'action du début du XXᵉ siècle à la veille de la guerre civile dont les premiers crépitements se font entendre, il instaure un climat brûlant de revendications, de troubles sociaux qui s'étend aux domestiques exploités, à toutes les femmes dominées. La prose incandescente brûle toutes les fleurs du lyrisme. Et la poésie dès lors se nomme révolte.
Nouvelle édition.
S'identifier pour envoyer des commentaires.