La Danse sacrale
EAN13
9782070313532
ISBN
978-2-07-031353-2
Éditeur
Folio
Date de publication
Collection
Folio (3986)
Nombre de pages
800
Dimensions
17 x 10 x 3 cm
Poids
370 g
Langue
français
Langue d'origine
castillan, espagnol
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Danse sacrale

De

Traduit par

Folio

Folio

Indisponible
Cette grandiose fresque historique retrace le vécu de toute une génération de part et d'autre de l'Atlantique, depuis la guerre civile espagnole jusqu'à la victoire de Fidel Castro.Deux couples sont les étoiles de cette œuvre conçue comme un ballet à l'échelle cosmique. Vera la danseuse d'origine russe et Enrique le Cubain d'abord, puis Calixto et Mirka, élèves de Vera à La Havane : lui est noir, elle est blanche.L'aventure personnelle et culturelle des protagonistes s'inscrit constamment dans l'histoire : la résistance cubaine à la dictature de Machado, qui oblige Enrique à s'exiler en Europe, les principales étapes de la guerre d'Espagne, puis de la Seconde Guerre mondiale, le régime sanglant de Batista qui provoque la révolte armée de Fidel Castro et de ses guérilleros sous-tendent le récit et infléchissent les destins. Le livre s'achève avec la bataille de la baie des Cochons.Baroque à souhait par l'évocation des fêtes où les riches font congeler l'eau des piscines tropicales, lyrique et réaliste, le récit d'Alejo Carpentier est aussi une chronique de la vie culturelle de toute une époque : Picasso et les surréalistes, Jean Cocteau et Django Reinhardt nous sont contés de la même manière que les «bals nègres» de Paris et la folle urbanisation de Caracas. L'un des plus grands écrivains de l'Amérique latine nous fait participer à son expérience et à celle des personnalités qu'il a fréquentées.
À la fois évocation baroque et chronique de la vie culturelle de toute une époque, ce dernier roman d'Alejo Carpentier nous entraîne sur les traces de Picasso, des surréalistes, et jusqu'aux «bals nègres» de Paris...
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Alejo Carpentier