L'amant de Janis Joplin
EAN13
9791022610681
ISBN
979-10-226-1068-1
Éditeur
Anne-Marie Métailié
Date de publication
Collection
Bibliothèque Hispano-Américaine
Nombre de pages
228
Dimensions
21 x 14 x 2 cm
Poids
310 g
Langue
français
Langue d'origine
castillan, espagnol
Fiches UNIMARC
S'identifier
Indisponible

Ce livre est en stock chez 10 confrères du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
Dans le Triangle d’or de la marijuana, le Sinaloa, le jeune David, un peu attardé et naïf, est capable de tuer un lièvre d’un lancer de pierre. Ce qui en fait, malgré lui, un joueur de baseball convoité. À la fête du village, il danse avec une fille interdite, réservée au fils d’un trafiquant. Bagarre. David tue son agresseur. Son père passe un accord avec le trafiquant et l’éloigne. À Los Angeles, il est dragué par une fille qui l’emmène dans sa chambre, le déniaise puis le met à la porte en lui disant qu’elle s’appelle Janis Joplin. Il en tombe éperdument amoureux, se fait virer de son équipe de baseball pour alcoolisme et renvoyer au Mexique. David n’est pas armé pour faire face aux barons de la drogue du Sinaloa. Tout explose autour de lui, dealers, policiers corrompus, guérilleros au coeur pur, femmes fatales et même une voix intérieure. Sa vie devient une course d’obstacles, une fuite continuelle ponctuée de coups de chance. Il va de catastrophe en catastrophe, de situation dangereuse en menaces de mort. Mais il n’a qu’un seul objectif : retrouver son amour, Janis Joplin.

Un polar impeccable, tragicomique virtuose, sarcastique et tendre, avec en plus l’argot lyrique des narcos.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

par
22 octobre 2020

Un peu long et répétitif bien que pas très épais, ce roman nous plonge dans le monde des narcos-trafiquants mexicains de la toute fin des années 60. David est un jeune homme influençable -en France on l'appellerait l'idiot du village- ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Elmer Mendoza
Plus d'informations sur François Gaudry