La Pensee straight
EAN13
9782354801755
ISBN
978-2-35480-175-5
Éditeur
Amsterdam
Date de publication
Nombre de pages
200
Dimensions
19 x 13 x 1 cm
Poids
205 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Pensee straight

Préface de

Amsterdam

Offres

En 1978, Monique Wittig clôt sa conférence sur « La Pensée straight » par ces mots : « Les lesbiennes ne sont pas des femmes. » L’onde de choc provoquée par cet énoncé n’en finit pas de se faire ressentir, aujourd’hui encore, dans la théorie féministe et au-delà. En analysant l’aspect fondateur de la « naturalité » supposée de l’hétérosexualité au sein de nos structures de pensées, que ce soit par exemple dans l’anthropologie structurale ou la psychanalyse, Monique Wittig met au jour le fait que l’hétérosexualité n’est ni naturelle, ni un donné : l’hétérosexualité est un régime politique. Il importe donc, pour instaurer la lutte des « classes », de dépasser les catégories « hommes »/« femmes », catégories normatives et aliénantes. Dans ces conditions, le fait d’être lesbienne, c’est-à-dire hors-la-loi de la structure hétérosexuelle, aussi bien sociale que conceptuelle, est comme une brèche, une fissure permettant enfin de penser ce qui est « toujours déjà là ».

Monique Wittig

Monique Wittig (1935-2003) est l’auteur de romans (comme L’Opoponax, prix Médicis), de pièces de théâtre et d’essais. Elle fut l’une des fondatrices du Mouvement de libération des femmes, et de celles qui, le 26 août 1970, déposèrent à l’Arc de triomphe une gerbe à la femme du soldat inconnu. Au cœur du conflit qui mena à la dissolution de l’association Questions Féministes en 1981, sa pensée reste centrale dans les débats qui traversent les théories féministes et la pensée queer, notamment à travers le travail de Judith Butler. Elle a été professeur, entre autre, dans le département des Women’s Studies à l’université d’Arizona, à Tucson.
S'identifier pour envoyer des commentaires.