Au bout du monde
EAN13
9782906266773
ISBN
978-2-906266-77-3
Éditeur
Alidades
Date de publication
Collection
PBR
Nombre de pages
63
Dimensions
21 x 12 x 0 cm
Poids
110 g
Langue
français
Langue d'origine
russe
Code dewey
850
Fiches UNIMARC
S'identifier

Au bout du monde

De

Traduit par

Postface de

Alidades

Pbr

Indisponible

Ce livre est en stock chez un confrère du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
Dans ce récit d'une extrême densité s'opposent deux mondes : celui des paroles raffinées et des certitudes savantes et mondaines de l'élite ecclésiastique de Petersbourg, celui silencieux des brutes "sauvages", puantes et simples du fin fond de la Sibérie. Leskov opère à la fois un questionnement et un retournement des valeurs : la tempête de neige, qui est le point culminant du récit en est tout à la fois le cadre et la métaphore. L'espace sibérien, peuplé d'inconnu, conduit à l'expérience des confins où tout vacille, y compris les canons d'une orthodoxie trop satisfaite d'elle-même. La traduction de Jacques Imbert redonne à ce récit toute sa saveur et sa grandeur.

Extrait :

“– On peut pas faire confiance à un baptisé, batchka ; personne ne peut.
– Tu mens, crétin de sauvage ! Pourquoi ne pas faire confiance à un baptisé ? Un baptisé serait-il pire qu’un idolâtre ?
– Pourquoi pire ? Un homme est un homme.
– Tu vois, tu le dis toi-même, non ?
– Je sais pas, tu dis qu’il est pas pire, et moi je le dis aussi ; mais on peut pas lui faire confiance.
– Comment se fait-il donc ?
– C’est parce que le pope lui pardonne le péché, batchka.
– Quel mal y a-t-il à ça ? Vaut-il mieux rester sans pardon ?
– Rester sans pardon ? Impossible. Faut demander pardon.
– Je n’arrive pas à te comprendre. Qu’est-ce que tu veux dire ?
– Ça, batchka : un baptisé a volé, il va le dire au pope et le pope, batchka, va lui pardonner : pour ça, les gens le croiront plus.
– Arrête tes bêtises ! Donc, d’après toi, remettre le péché, ça ne vaut rien ?
– Non, chez nous, ça vaut rien.
– Comment faut-il faire, d’après vous ?
– Comme ça, batchka : ce que tu as volé, tu le rends au propriétaire et tu lui demandes pardon ; l’homme pardonne, et Dieu aussi pardonne.
– Mais le pope aussi est un homme. Alors pourquoi il ne peut pas pardonner ?
– Pourquoi il peut pas pardonner ? Le pope peut aussi. À celui qui a volé le pope, le pope peut pardonner, batchka.
– Mais s’il a volé quelqu’un d’autre, le pope ne peut pas lui pardonner ?
– Impossible, ça sera pas juste. On lui fera pas confiance.”
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...