Gedichte

Eichendorff Joseph

Reclam

6,90

Traités 30-37
13,50

Né en Égypte au début du IIIe siècle apr. J.-C., Plotin s'installe à Rome en 246, en terre stoïcienne, pour y enseigner les principes d'une philosophie platonicienne et y inaugurer la tradition qu'on dit aujourd'hui «néoplatonicienne». De 254 jusqu'à la veille de sa mort, en 270, Plotin rédige un ensemble de textes que son disciple Porphyre éditera vers l'année 300 en les distribuant en six «neuvaines» : les Ennéades. Dans ces traités, Plotin se propose de guider l'âme de son lecteur sur le chemin d'une ascèse qui doit la conduire vers son principe, «l'Intellect», et lui permettre alors de percevoir, pour s'y unir, le principe de toutes choses qu'est «l'Un». La présente collection regroupera, en neuf volumes, les cinquante-quatre traités de Plotin, traduits et présentés dans l'ordre chronologique qui fut celui de leur rédaction.


Les travaux et les jours

Hésiode

Les Belles Lettres

11,00

Poète et paysan de Béotie, Hésiode veut faire entendre à son frère Persès un certain nombre de vérités sur le monde et l’aider à bien gérer ses biens et à mener une vie saine.
Après la Théogonie, qui chante l’épanouissement des lignées divines, Les Travaux et les Jours est le grand poème archaïque de la condition humaine. Dans cette œuvre de poésie sapientiale, l’aède paysan s’adresse à son frère, parfois aux rois et, en définitive, à nous, simples mortels, pour délivrer conseils éclairés et prescriptions impérieuses. Comment faire fructifier vignes et blés (les « travaux »), comment se repérer dans le dédale des jours fastes et néfastes (les « jours ») ? Comment interpréter les signes concrets qui sonnent l’arrivée d’une saison et son cortège de tâches à accomplir ? Comment vivre, enfin, dans le monde âpre où l’on est né ? C’est ce qu’Hésiode apprend aux hommes, au fil des vers du plus ancien poème didactique conservé en grec.
Deux mythes célèbres retracent les raisons de cette rudesse du monde depuis que les hommes ont été séparés des dieux. Avec Pandore, la pénurie des ressources et l’obligation du travail se sont installées au cœur du monde des mortels ; et avec le manque, la nécessité de la justice au sein des collectivités humaines, illustrée par le mythe des races. C’est le remède à ce malheur que le poète des Travaux et des Jours s’acharne à élucider, entre savoir éclairé et conscience de la précarité essentielle de tout effort humain.


Poétique du drame moderne. De Henrik Ibsen à Bernard-Marie Koltès, De Henrik Ibsen à Bernard-Marie Koltès

De Henrik Ibsen à Bernard-Marie Koltès

Jean-Pierre Sarrazac

Seuil

27,00

Cet essai explore le nouveau paradigme de la forme dramatique qui, apparu dans les années 1880 (avec Ibsen, Strindberg, Tchekhov), s’est perpétué dans les dramaturgies les plus contemporaines (Heiner Müller, Jon Fosse, Valère Novarina…). Il met en évidence la dimension rhapsodique de la forme dramatique : le drame nouveau ressortit à une forme ouverte et profondément hétérogène où les modes dramatique, épique et lyrique, voire argumentatif, ne cessent de s’ajointer ou de se chevaucher.

Loin de souscrire aux idées de « décadence » (Lukács), d’obsolescence (Lehmann), ou encore de mort du drame (Adorno), J.-P. Sarrazac dessine les contours, toujours en mouvement, d’une forme la plus libre possible, mais qui n’est pas, à l’instar de la rhapsodie en musique, l’absence de forme.

Né en 1946, Jean-Pierre Sarrazac est auteur dramatique et universitaire. Professeur émérite d’études théâtrales à Paris III-Sorbonne nouvelle et professeur invité à l’université de Louvain-la-Neuve, il a fondé à Paris-III le Groupe de recherche sur la Poétique du drame moderne et contemporain.


Le ravissement de Lol V. Stein
6,30

L'histoire de Lol Valérie Stein commence au moment précis où les dernières venues franchissent la porte de la salle de bal du casino municipal de T. Beach. Elle se poursuit jusqu'à l'aurore qui trouve Lol V. Stein profondément changée. Une fois le bal terminé, la nuit finie, une fois rassurés les proches de Lol V. Stein sur son état, cette histoire s'éteint, sommeille, semblerait-il durant dix ans.Lol Stein se marie, quitte sa ville natale, S. Tahla, a des enfants, paraît confiante dans le déroulement de sa vie et se montre heureuse, gaie. Après la période de dix ans la séparant maintenant de la nuit du bal, Lol V. Stein revient habiter à S. Tahla où une situation est offerte à son mari. Elle y retrouve une amie d'enfance qu'elle avait oubliée, Tatiana Karl, celle qui tout au long de la nuit du bal de T. Beach était restée auprès d'elle, ce qu'elle avait également oublié. L'histoire de Lol V. Stein reprend alors pour durer quelques semaines.