Cyropédie. Tome I: Livres I-II, Tome I : Livres I-II

Tome I : Livres I-II

Xénophon

Les Belles Lettres

29,00

La Cyropédie ou Éducation de Cyrus, dont le titre ne convient tout à fait qu'à une partie du premier livre, est une œuvre difficile à définir et à classer, ainsi qu'en témoigne la diversité des appellations qui lui ont été données: histoire, histoire romancée ou roman historique, biographie romancée, roman philosophique ou moral, roman didactique, traité d'éducation, institution militaire, ouvrage socratique, éloge. En fait, elle est tout cela. Elle se présente comme la Somme des idées sur l'éducation, la politique, la morale, l'art militaire, la chasse, l'équitation, que Xénophon avait déjà exprimées ou qu'il exprimera plus tard – c'est là affaire de dates – dans ses autres écrits, notamment dans ses traités plus courts et plus spécialisés.


Los Cachorros

Vargas Llo

Catedra

9,00

VARGAS LLOSA, MARIO|


Traités 45-50, 45. L'éternité et le temps46. Sur le bonheur47-48. Sur la providence49. Sur les hypostases qui connaissent et sur ce qui est au-delà50. Sur l'amour

45. L'éternité et le temps46. Sur le bonheur47-48. Sur la providence49. Sur les hypostases qui connaissent et sur ce qui est au-delà50. Sur l'amour

Flammarion

15,60

Plotin Traités 45-50 Né en Égypte au début du IIIe siècle apr. J.-C, Plotin s'installe à Rome en 246, en terre stoïcienne, pour y enseigner les principes d'une philosophie platonicienne et y inaugurer la tradition qu'on dit aujourd'hui « néoplatonicienne ». De 254 jusqu'à la veille de sa mort, en 270, Plotin rédige un ensemble de textes que son disciple Porphyre éditera vers l'année 300 en les distribuant en six « neuvaines » : les Ennéades. Dans ces traités, Plotin se propose de guider l'âme de son lecteur sur le chemin d'une ascèse qui doit la conduire vers son principe, « l'Intellect », et lui permettre alors de percevoir, pour s'y unir, le principe de toutes choses qu'est « l'Un ». La présente collection regroupera, en neuf volumes, les cinquante-quatre traités de Plotin, traduits et présentés dans l'ordre chronologique qui fut celui de leur rédaction. Ce volume contient les Traités : 45. L'éternité et le temps ; 46. Sur le bonheur ; 47-48. Sur la providence ; 49. Sur les hypostases qui connaissent et sur ce qui est au-delà ; 50. Sur l'amour.


Romances sans paroles suivi de Cellulairement
4,90

En 1874, lorsque Verlaine reprend à Felix Mendelssohn le titre de ses courtes pièces pour piano, Romances sans paroles, cette sorte de chanson entrée en littérature à l’époque romantique relève déjà d’une tradition désuète. Mais l’essentiel ici est qu’elle nous dise la primauté du chant dans une poésie à la fois naïve et savante dont le lyrisme mélancolique exprime de manière alors neuve ce que le poète lui-même appelait « le vrai vague » où fusionnent des sensations diverses. Et ce recueil à l’atmosphère noyée, il suffit que le sens simplement y murmure.
Romances sans paroles n’était pas encore publié quand Verlaine fut arrêté pour avoir tiré sur Rimbaud, et Cellulairement fut écrit pendant son séjour en prison. Les poèmes, pourtant, font peu de place à la vie carcérale, et retracent surtout une crise d’identité sans pareille dans la vie du poète. Désormais, Verlaine ne joue plus avec une réalité douloureuse : il la vit et cherche à fuir.

Edition d’Olivier Bivort.


Livre XXXV, La peinture, Histoire naturelle. Livre XXXV : La Peinture

Livre XXXV, La peinture

Les Belles Lettres

9,50

Pline (23-79 ap. J.-C.) est l'auteur d'une monumentale œuvre encyclopédique, l'Histoire naturelle. Le livre XXXV est une source presque unique pour l'histoire de l'art antique, apportant des données biographiques et des jugements critiques sur des artistes grecs très connus, des descriptions d'œuvres aujourd'hui disparues et enfin des informations sur les matériaux et les techniques employés dans l'Antiquité.
Ce texte, considéré comme l'un des premiers traités d'histoire de l'art, a été l'une des grandes sources d'inspiration des humanistes de la Renaissance (Vasari, Léonard de Vinci, etc.). Plus près de nous, certains, comme Jean Paulhan, ont fait de Pline... et d'Apollinaire les pères du cubisme et de l'art abstrait.