Conseils de lecture

TRAVESURAS DE LA NINA MALA

Vargas Llosa, Mario

Debolsillo

15,30
par (Libraire)
14 mai 2020

« Ce livre conte la passion folle d'un péruvien pour une fille menteuse, aventurière, voleuse. Lui, Ricardo, ne rêve que de vivre une existence calme dans la plus merveilleuse des villes, Paris. Elle, Lily, court le monde, de Lima jusqu'à Tokyo en passant par Cuba et Londres en quête d'hommes riches, change d'identité, de vie. Mais le hasard la ramène toujours sur les pas du bon Ricardo.
C'est l'histoire d'une obsession amoureuse écrite dans un style caracolant. » - Claudine


En attendant Godot
7,30
par (Libraire)
14 mai 2020

« Peut être n'est-ce pas pas le choix le plus rassurant pour les plus sensibles et pas le meilleur choix en ce moment, quoique... au contraire pour ceux en tous cas qui "assument" ou pensent assumer. J'ai vu la pièce il y a très longtemps, emmenée par des amis. Je ne connaissais ni l’œuvre ni l'auteur et cela a été pour moi une révélation. Cette capacité à "tout" résumer avec un minimum de mots et de situations... Une force inouïe. Je ne l'ai jamais plus lâché. J'ai lu toutes ses biographies (même s'il avait tenté d'en décourager les auteurs), pas tous les bouquins mais le plus possible, certains étant vraiment très difficiles d'accès. Mais Fin de partie et La dernière bande sont, comme Godot, d'une efficacité redoutable.
Je citerai pour finir Stéphane Auvray-Nauroy, qui a adapté La voix de Samuel Becket, de Dider Anzieu : "Beckett a capté ce bruissement, enregistré ces cris, ces coups, ces à-coups ; il a plaidé pour l'obstination de respirer, support de la constance à dire." » - Nicole


Germinal, Les Rougon-Macquart - 13

Les Rougon-Macquart - 13

Le Livre de poche

par (Libraire)
14 mai 2020

« Incontestablement, le livre qui m’a éveillée aux injustices de l’époque (qui perdurent hélas) est Germinal d'Émile Zola. Ce roman cru et réaliste dépeint les souffrances de la classe ouvrière de la fin du XIXe siècle. Et puis cela se passe dans ma région des Hauts de France qui garde nombre de traces de cette lutte des classes. » - Agnès


VANITY FAIR
10,00
par (Libraire)
14 mai 2020

« La foire aux vanités est un roman que j'ai lu pour la première fois à huit ans et que j'ai relu avec plaisir maintes fois depuis. Son auteur William Makepeace Thackeray y dépeint la société anglaise de la première moitié du XIXe siècle et la critique de façon mordante. Il nous présente sa "foire aux vanités" comme un véritable spectacle de marionnettes. Ce "roman sans héros" a une anti-héroine, l’orpheline Becky Sharp, prête à tout pour grimper l’échelle sociale. Pleine d’esprit, audacieuse et séductrice, elle me séduit de nouveau à chaque lecture.

L'intrigue imaginée par Thackeray est pleinement ancrée à l'époque napoléonienne et la bataille de Waterloo. C'est un pavé certes, mais je suis toujours triste de voir que je suis arrivée, à nouveau, aux dernières pages. » - Olive


WUTHERING HEIGHTS
11,00
par (Libraire)
14 mai 2020

"Wuthering Heights c'est l'une de mes premières grandes lectures d’adolescente mais aussi l’une de mes expériences littéraires les plus marquantes.
C’est difficilement que je suis rentrée dans l’univers de la deuxième sœur Brontë, armée d’une petite feuille sur laquelle je dressais progressivement un arbre généalogique (quelle idée de donner les mêmes prénoms à tout le monde). Et puis, une fois dedans, impossible de le lâcher. La relation Heathcliff / Catherine est on ne peut plus toxique, leur emprise sur l’autre étant affreusement malsaine. Une grande partie des personnages est souvent détestable (égoïstes, méchants, violents…) et pourtant, j’ai adoré suivre leurs histoires et essayer de comprendre leurs relations. C’est plus tard, lors d’une deuxième lecture, que j’ai pu apprécier de manière plus profonde la critique des rapports sociaux et l'analyse des conséquences possibles d'une enfance passée dans la violence.
Le roman est si riche qu’à chaque fois que je m’y plonge, j’ai l’impression de découvrir à nouveau l’histoire et des détails qui me font comprendre différemment l’œuvre entière. Les Hauts de Hurlevent est une lecture ardue, sombre et dramatique qui vous emmènera aussi vous balader dans les plaines nuageuses anglaises." - Camille