• 7 février 2020

    Terres rares

    Grand plaisir à retrouver dans Terres Rares, Pietro Paladini, le père cabossé et terriblement émouvant de Chaos Calme. Si la petite fille orpheline de mère a bien grandi, si le temps du deuil est passé, les ''embrouilles'' de la vie ordinaire ne sont pas finies….
    La dimension pathétique de Chaos Calme s'est estompée, et l'on retient davantage le comique de certaines situations, à travers le regard décalé de notre anti-héros, décidément très attachant. Car Pietro Paladini est sympathique, plutôt maladroit et résolument naïf, et il faut bien admettre qu'il a la poisse . Or, Pietro Paladini c'est nous, des êtres ordinaires qui s'appliquent à vivre une jolie vie malgré les ''emmerdes'' qui volent en escadrille.....
    La dernière page lue, le lecteur a bien le droit de revenir vers Chaos calme, histoire de rester encore un peu avec lui. Et finalement, cette deuxième lecture, à distance de l'émotion première souligne le talent de Sandro Veronesi empathique et moqueur avec tendresse .
    Souvent drôle .


  • 24 janvier 2016

    A bout de souffle

    Cela faisait huit ans. Huit ans que nous n’avions plus de nouvelles de Pietro Paladini. Qu’était donc devenu le héros de « Chaos calme », ce roman qui avait fait chavirer nos cœurs, l’histoire de ce veuf qui passe ses journées devant l’école de sa fille plutôt que d’aller travailler ? L’auteur de ce texte formidable, Sandro Veronesi, a eu pitié de nous, pauvres lecteurs. Et voilà que paraît « Terres rares », la suite de l’histoire, en tous les cas la suite du destin de Pietro. Entendez que vous n’êtes pas obligé d’avoir lu le livre précédent pour vous précipiter sur celui-ci.

    On avait peur d’être déçu, de ne plus retrouver cet humour, cette émotion, cette douce cruauté qui font de Sandro Veronesi l’un écrivains italiens contemporains les plus populaires. Dès les premières pages, le soulagement nous gagne : Pietro est resté le même.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u